Growth hacker : le nouveau métier star du digital

 

growth hacker, un métier d'avenir dans l'univers du marketing digitalNouveaux magiciens du marketing, les growth hacker sont les chouchous des start-up en recherche d’une croissance rapide.

Il y a le mot hacker dans l’intitulé, pourtant il ne désigne pas les fameux pirates du web. La mission principale des growth hacker ? Analyser et comprendre la mécanique des entreprises, des produits et des clients, afin de mettre en place des techniques marketing ingénieuses, censées booster la croissance en un éclair.

Les compétences techniques comme la maîtrise des langages informatiques ou le traitement de données est bien ce qui différencie un growth hacker d’un profil webmarketing plus traditionnel. Ce que confirment Hugo Geissmann et Stéphane Coussement, respectivement co-fondateur et associé de Thiga, une agence spécialisée en product management et growth hacking : « Alors que les webmarketteurs s’occupent de l’image produit ou de l’analytics, le growth hacker, lui, fusionne les deux. Il doit avoir en plus, des compétences techniques lui permettant de lire les données, les interpréter et en parler avec les développeurs pour agir rapidement sur le produit ».

Aux compétences techniques et digitales, s’ajoutent les connaissances business : « Le growth hacker a une vision complète du parcours d’achat d’un client et teste des choses à chacune de ses étapes », souligne Julien Le Coupanec, growth hacker chez The Family, une entreprise qui finance et accompagne les start-up. Les bonnes capacités d’analyse de l’environnement économique de l’entreprise, de son modèle d’affaires et une bonne compréhension du produit font donc partie du bagage nécessaire pour intégrer le métier.

Et pour s’adapter aux caractéristiques de chacune, un brin d’humanité n’est pas de trop : « La principale compétence relationnelle que peut avoir un bon growth hacker c’est l’empathie, explique Julien Le Coupanec, parce qu’elle permet de se mettre plus facilement à la place du client et de savoir comment il se comporte ». Derrière un titre de poste à la mode, il y a donc aussi un état d’esprit.

Source : https://www.cadremploi.fr/editorial/actualites/actu-emploi/detail/article/growth-hacker-le-nouveau-metier-star-du-digital.html?xtor=EPR-235